le site des jardins

Kirengeshoma palmata, la fleur de cire

Kirengeshoma palmata feuille-2FAMILLE : Hydrangeaceae, Hydrangéacées
RUSTICITÉ: -28° C. Zone 5-10
DÉVELOPPEMENT: 0,60 à 1m de hauteur, s’étale lentement
TYPE DE SOL: aime les sols frais et riches, à tendance acide
EXPOSITION : mi- ombre à ombre
INTÉRÊT: superbe feuillage, et fleurs insolites et charmantes
BILAN: après quelques années de patience, kinrengeshoma palmata devient une magnifique plante, plutôt rare en culture de plus. C’est une plante adaptée aux régions assez froides.

Kirengeshoma palmata est une merveilleuse plante vivace, aussi bien pour son feuillage que pour ses fleurs curieuses, si épaisses, qu’elles sont appelées fleurs de cire. La belle demande quelques années pour se montrer sous son meilleur jour, mais lorsqu’elle prend enfin sa place, produit ses si belles feuilles et fleurit en fin d’été, elle apporte une réelle touche d’exotisme. C’est une plante de collection, et vu les quelques années de patience qu’elle nécessite pour ressembler enfin à quelque chose, on peut dire qu’elle se mérite !

Description de la fleur de cire, Kirengeshoma palmata

Fleurs de cire, dit-on ? Pour moi, cette jolie fleur allongée dont les pétales  ne s’épanouissent  que partiellement en  spirale me semble davantage être d’une texture de polystyrène. En effet, le pétale est  délicat,  épais de 2 à 3 mm, un peu fragile à la pression. Polystyrène, porcelaine, cire, quel qu’en soit l’aspect, elle dégage une impression de perfection, suspendue au-dessus du feuillage vert foncé. Elle commence par étonner en bouton, aussi ronde et lisse qu’un œuf. Du petit bouton à l’épanouissement, l’attente est là encore plutôt longue. Heureusement, les fleurs sont réunies en épis terminaux ou latéraux et Kirengeshoma palmata n’en est pas avare. Les fleurs jaune pâle semblent petites par rapport au feuillage, mais mesurent tout de 4 à 5 cm de long.
Chaque année les tiges disparaissent en hiver puis sont renouvelées au printemps à partir d’un rhizome. Les tiges émergent du sol d’ailleurs assez tardivement. Les feuilles palmées atteignent jusqu’à 20 cm de longueur, le  limbe vert soutenu, un peu gaufré.

Conditions de culture et implantation de Kirengeshoma palmata

Kirengeshoma palmata n’aime les climats ni trop chauds, ni trop secs : c’est une plante parfaite pour la moitié nord de la France. Originaire de milieux boisés de Corée et du Japon, elle est rustique jusqu’à – 28 °C. Ce ne sera donc pas le froid qu’elle craint, mais le manque d’eau. D’une part, elle kirengeshoma palmatadevra être installée, à l’ombre ou à mi- ombre dans un sol relativement frais et riche en humus (donc enrichi en compost maison ou or brun) et d’autre part devra être arrosée régulièrement durant la ou les deux premières années qui suivent la plantation. Bien arrosée à l’eau de pluie parce qu’elle ne supporte pas le calcaire, elle s’implante plus rapidement, et vous récompensera d’une floraison peut-être la 3e année.
Après quelques années encore, elle s’étale et devient magnifique. Plante d’ombre fraiche par excellence, elle se plait en compagnie des Brunnera, des Rodgersia ou fera un beau contraste de feuillage avec une fougère, osmonde ou autre . Quelques bulbes printaniers, comme les perce-neige ou les narcisses, ou les anémones de Grèce peuvent y être associés, pour occuper l’espace en début de printemps.

Propager Kirengeshoma palmata

Bien sûr lorsque vous aurez patienté suffisamment, que la plante est magnifique au point que tout le monde vous l’envie, vous voudrez la multiplier et faire des heureux. Deux solutions : la division du rhizome plutôt en automne, ou le semis.
Diviser votre plante alors qu’elle a mis si longtemps à s’installer est dommage et risqué, sauf si elle est vraiment très large : alors en prendre un petit morceau en périphérie sans perturber le reste est sans doute possible. Pourquoi en automne ? Parce que les nouvelles pousses sont très tardives et que le printemps sera déjà avancé et plus sec, lorsqu’on les verra, tandis qu’en automne, les anciennes tiges permettent de bien voir comment s’organise le rhizome. De plus, s’il pleut suffisamment durant l’hiver, l’éclat ne souffrira pas de soif immédiatement.
La floraison se poursuit tardivement à l’automne, et les fruits ne murissent pour libérer leurs graines que début décembre. Les graines ont un pouvoir de germination qui ne dure pas longtemps. Elles sont plantées aussitôt en caissette, maintenue humide et couverte. La caissette sera laissée dehors, subissant le froid de l’hiver et dès février, vous pourrez voir quelques germinations. Ensuite : soins, arrosages continus et patience !

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Catégories