le site des jardins

Drosera rotundifolia, autour du bassin dans le nord

 

Drosera rotundifolia en mai

Drosera rotundifolia en mai

 RUSTICITÉ: -20° C. Zone 4-8

DÉVELOPPEMENT: 2 à 5 cm cm de diamètre, la hampe florale monte à 20 cm

TYPE DE SOL: sol profond, acide et humide : tourbe blonde ou sphaigne vivante

EXPOSITION: plein soleil, mi ombre

INTÉRÊT: bien jolie petite plante carnivore française, mais à admirer à genou, tellement elle est petite. Puisque que ses milieux de vie sauvages ont tendance à disparaitre, l’introduire dans les jardins, grâce aux amateurs avertis  peut créer un réservoir pour cette espèce indigène. Son prélèvement dans la nature est interdit.

 Drosera rotundifolia est une petite plante carnivore, répartie au nord de l’Europe et de l’Amérique.  C’est une des plantes carnivores présentes en France, qui est protégée. Mais on peut la trouver chez les producteurs spécialisés et tenter de l’introduire dans son jardin, en aménageant une zone propice à sa culture. Voici l’expérience de Laurent, qui après quelques tâtonnements a réussi son implantation au niveau de son bassin, dans un jardin du Nord Pas de Calais.

Implantation de Drosera rotundifolia en pourtour de bassin

Drosera rotundifolia en mai

Drosera rotundifolia à colonisé un bloc de tourbe compacte, dont la base trempe dans le bassin

Laurent avait dans un premier temps, créer une tourbière artificielle dans son jardin : un bassin remplit de tourbe blonde et selon les endroits mélangée, à du sable horticole, et complètement mouillée d’eau de pluie. Cette tourbière avait vocation d’accueillir, entre autres, des sarracenias et des dionées, qui y prospéraient. Dans la tourbière poussent bien aussi les callunas, des petites orchidées spécifiques telles que Epipactis  ou Spiranthes. Au bout de quelques années, de la sphaigne, une mousse typique des tourbières est venue s’installer d’elle-même. Minuscule au départ, elle s’est lentement  développée. Explications de Laurent:

« Lorsqu’on m’a offert 2 petites rosettes de Drosera rotundifolia, je l’ai donc installée sur la sphaigne comme préconisé un peu partout, mais celle-ci prenait le dessus, mes Drosera rotundifolia fleurissaient parfois, mais rien ne germait,  et elles ne prospéraient pas,  elles ont finalement disparu un jour..

Vint le moment de refaire cette tourbière, trop encombrée, et pas assez profonde pour les grandes Sarracenias. J’ai enlevé les blocs compactés de tourbe et les ai disposés sur le pourtour du bassin voisin. Un bassin plutôt pour les plantes et les batraciens, sans poisson. J’ai  même installé une zone de tourbière incorporée. Deux ans plus tard, Sur un bloc de tourbe  de 40 cm de large, 30 cm  en surplomb du bassin et trempant dedans à la base, j’ai la surprise de découvrir, (il faut s’agenouiller pour les observer) une vingtaine de Drosera rotundifolia, toute luisantes de gouttes de mucus, vorace de moucherons ! Elles ont enfin germé, moi qui les croyais perdues, entre les pieds de Calluna vulgaris. Je ne l’ai pas tout à fait exprès mais voilà une implantation réussit de Drosera rotundifolia, la drosera à feuilles rondes française.

Le fait d’avoir sans doute acidifier le bassin, a changé un peu son aspect global, il est devenu beaucoup plus moussu, pour notre grand plaisir. Vue du bassin

Description de Drosera rotundifolia

Drosera rotundifolia est une plante carnivore de la famille des Droséracées.  Ses feuilles rondes sont portées par un long pétiole, et sont disposées en rosette basale de 2 à 4 cm de diamètre. Les feuilles

macro de drosera rotundifolia

La feuille de Drosera rotundifolia porte de nombreux poils rouges qui secrètent un mucus collant

rondes portent de nombreux poils glandulaires, sécrétant un mucus qui attire les petits insectes, et les englue. Les insectes sont déplacés vers le centre de la feuille qui prend une forme de cuvette, ou des sucs digestifs le digèreront. C’est un stratagème pour Drosera rotundifolia pour pallier au manque d’azote de son milieu naturel. Les insectes digérés sont son apport naturel d’engrais, qu’elle serait incapable d’absorber avec les racines. Celles-ci ont seulement un rôle  d’absorption de l’eau et d’encrage, et ne supportent que l’eau douce. Plus la plante sera exposée au soleil, plus elle sera colorée de rouge.

Les fleurs sont groupées en haut d’une hampe Florale à 20 cm, ce qui semble disproportionné par rapport au reste de la plante, mais il faut bien laisser les insectes pollinisateurs  en dehors du risque de prédation ! Les fleurs blanches ne s’ouvrent que quelques heures par jour, au soleil. Elles produisent de nombreuses graines noires fines comme la poussière.

Cycle végétatif de Drosera rotundifolia

Drosera rotundifolia vit en climat tempéré, elle est complètement rustique dans nos régions, et demande une période de dormance hivernale, indispensable à sa survie. A L’automne, la plante fabrique un hibernacle, un bourgeon de feuilles serrées, qui s’enfonce en profondeur dans la terre, résistant au gel et à l’hiver. La plante refait surface en avril. Il arrive qu’en période de sécheresse, la plante se

Drosera rotundifolia en avril

Drosera rotundifolia en avril, les plantes émergent de leur hibernacle.

protège sous hibernacle également..

Pour une culture en pot, attention de bien lui offrir cette dormance hivernale, et d’éviter la surchauffe en été.

Semis de Drosera rotundifolia

En cas de semis spontané, les graines germent après l’hiver, souvent après que le terrain ai été copieusement arrosé. Pour faire un semis provoqué en pot, on utilise les graines fraiches, semées sur de la tourbe blonde pure ou de la sphaigne broyée. Puis on fait une stratification à froid des graines : le pot est  placé dans un sac congélation. L’ensemble est stocké au réfrigérateur 2-3 mois, puis 3 jours de gel dans le bac à glaçon, et enfin sorti à 20 °C.  Les graines croient avoir subi l’hiver et leur dormance est levée. Elles sont capables de germer. Les plantules seront affranchies petit à petit de l’atmosphère très humide sous plastique. Par exemple en trouant d’abord un peu le sac, puis de plus en plus.

autre plantes carnivores rustique: Dionée muscipulata, l’attrape_ mouche

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Catégories